Chili

CHILE « No son 30 pesos, son 30 años »

2019-11-10

La irrupción de trabajadores y jóvenes ha abierto una crisis revolucionaria. « No son 30 pesos, son 30 años », (el aumento en el precio del boleto de Metro -ndlr), son 30 años que rechazamos, dicen millones de trabajadores y jóvenes. Treinta años, es el período durante el cual, después del final de la dictadura de Pinochet, todos los partidos, incluida la « izquierda », han aceptado el mantenimiento de las instituciones de la dictadura, comenzando con la Constitución de 1980. Instituciones que han permitido la implementación de los planes del Fondo Monetario Internacional. Nuestros corresponsales de la Alianza de Trabajadores y Estudiantes dan parte de sus reflexiones.   La irrupción de los bachilleres Cuando el gobierno del presidente Piñera anuncia el aumento del precio del boleto del metro, fueron los bachilleres de Santiago (la capital) los que salieron al combate. Llaman a los usuarios a no pagar. La administración del Metro usa a los [...]

CHILI « No son 30 pesos, son 30 años »

2019-11-10

L’irruption des travailleurs et des jeunes a ouvert une crise révolutionnaire. « Ce ne sont pas 30 pesos (l’augmentation du prix du ticket de métro – ndlr), ce sont 30 ans » que nous rejetons, disent des millions de travailleurs et de jeunes. Trente ans, c’est la période pendant laquelle, après la fin de la dictature de Pinochet, l’ensemble des partis – y compris de « gauche » – ont accepté le maintien des institutions de la dictature, à commencer par la Constitution de 1980. Institutions qui ont permis la mise en œuvre des plans du Fonds monétaire international. Nos correspondants de l’Alliance des travailleurs et des étudiants livrent leurs réflexions.   L’irruption des lycéens Lorsque le gouvernement du président Piñera annonce l’augmentation du prix du ticket de métro, ce sont les lycéens de Santiago (la capitale) qui montent au créneau. Ils appellent les usagers à ne pas [...]

CHILE “It’s not about 30 pesos, it’s about 30 years”

2019-11-09

The eruption of the workers and young people has opened a revolutionary crisis. “It’s not about 30 pesos” [the increase in the price of an underground ticket – editor’s note], say the millions of workers and youth, “it’s 30 years that we reject.” Thirty years is the period during which, after the end of Pinochet’s dictatorship, all the political parties in Chile, including those on the “left”, have continued to accept and maintain the dictatorship’s institutions, beginning with the 1980 Constitution — institutions that enabled the implementation of IMF plans. Our correspondents for the Alliance of Workers and Students write:  High School Students Erupt  When President Piñera announced the increase in the price of an underground ticket, the high school students in Santiago (the capital of Chile) entered the fray. They called on underground users not to pay. The management of the underground called on the army to stop the fare-evaders. Students then [...]

CHILI « Assemblée constituante, maintenant ! »

2019-11-03

L’état de siège instauré par le président Piñera, l’armée et la police dans les rues, les 18 morts et les centaines de blessés et près de 2 000 arrestations, comme les annonces de mesures sociales pour calmer le jeu n’ont eu aucun effet.  Poussées par la mobilisation venant d’en bas, la plate-forme Unidad Social (Unité sociale, qui regroupe plusieurs centaines de syndicats et organisations sociales du pays, dont la Centrale unitaire des travailleurs [CUT], la coordination contre les fonds de pension No + AFP et le Colegio de Profesores, affiliée à la CUT) a lancé un mot d’ordre de grève générale les 23 et 24 octobre.  Les revendications sont celles que travailleurs et jeunes scandent dans les rues depuis le début de l’explosion sociale : levée de l’état d’urgence, retrait des projets de loi détruisant les droits des travailleurs en matière de retraites, d’éducation, de fiscalité, exigence d’une [...]