Qui sommes-nous ?

350 délégués de 28 pays (Afghanistan, Australie, Biélorussie, Belgique, Bénin, Brésil, Chili, Chine, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Haïti, Hongrie, Inde, Italie, Corée, Maurice, Mexique, Portugal, Roumanie, Russie, Afrique du Sud-Azanie, Suède, Togo, Turquie, Ukraine, États-Unis, Zimbabwe), syndicalistes et militants politiques issus de toutes les sensibilités et de tous les courants du mouvement ouvrier, se sont réunis à Mumbai les 18, 19 et 20 novembre 2016 dans la Conférence mondiale ouverte contre la guerre, l’exploitation et le travail précaire.

En conclusion de leurs débats, ils ont adopté et décidé de diffuser largement aux travailleurs du monde un Manifeste (ci-dessous). Ils se sont constitués en Comité ouvrier international contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière. Ils sont rejoints depuis par des centaines de signataires venus de tous les pays du monde.

mumbai3

meeting-mumbai


LE MANIFESTE DE MUMBAI

contre la guerre, l’exploitation et le travail précaire

Nous, 350 délégués de 28 pays (Afghanistan, Australie, Biélorussie, Belgique, Bénin, Brésil, Chili, Chine, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Haïti, Hongrie, Inde, Italie, Corée, Maurice, Mexique, Portugal, Roumanie, Russie, Afrique du Sud-Azanie, Suède, Togo, Turquie, Ukraine, États-Unis, Zimbabwe), syndicalistes et militants politiques issus de toutes les sensibilités et de tous les courants du mouvement ouvrier, nous nous sommes réunis à Mumbai dans la Conférence mondiale ouverte contre la guerre, l’exploitation et le travail précaire (*).

En conclusion de nos débats, nous avons décidé d’adopter et de diffuser largement aux travailleurs du monde ce Manifeste.

C’est une réalité : sur tous les continents, la guerre ne cesse de se propager, l’exploitation de s’aggraver, et le travail précaire à se généraliser de plus en plus.

La guerre : notre conférence s’est tenue à un moment où se multiplient les guerres, les interventions et les occupations militaires, tout comme les menaces de nouveaux conflits. De nombreuses délégations n’ont pu participer à cette conférence du fait d’une situation de guerre dans leur région. À ceux qui prétendent que ces guerres sont justifiées parce qu’elles sont menées au nom du combat contre des dictatures et/ ou contre le terrorisme, nous répondons par des faits. Les faits établissent que c’est pour garantir sa survie et ses politiques de pillage que le système impérialiste déchaîne la barbarie. C’est ce système qui a plongé le Moyen-Orient dans un chaos sanglant, disloquant des pays entiers, forçant des millions de femmes, d’hommes et d’enfants à emprunter les routes de l’exil dans les conditions les plus atroces.

L’exploitation : dans tous les pays et sur tous les continents, ce sont les droits des travailleurs, les garanties collectives, les systèmes de protection sociale et l’existence même du droit à s’organiser qui sont aujourd’hui remis en question par un régime capitaliste en décomposition qui, pour survivre, aggrave les conditions d’exploitation.

Le chômage de masse devient la norme. Les lois du travail sont la cible d’attaques visant à détruire toute loi qui pourrait limiter l’exploitation.

Partout, afin de restreindre les droits des masses ouvrières – et de contrer leur résistance –, les régimes en place s’attaquent à la démocratie, à la souveraineté nationale et au droit des peuples à décider de leur sort.

Partout, ces régimes créent des « zones de libre-échange » et des institutions régionales qui ont pour but de diviser la classe ouvrière, de s’attaquer aux droits des travailleurs et de faire baisser le coût du travail.

Au nom de la croissance et du développement, les fermiers et les paysans sont expulsés de leurs terres et contraints de les vendre.

Partout, les exploiteurs et leurs gouvernements accroissent les pressions dans le but d’obliger les organisations ouvrières – en premier lieu les syndicats – à se subordonner aux « plans » patronaux.

Le travail précaire : hier, caractéristique des pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, il devient aujourd’hui un trait dominant dans tous les pays, y compris les pays industrialisés.

Pour les exploiteurs, l’objectif est que tout emploi devienne précaire. Le travail précaire est l’arme de destruction massive des garanties et droits collectifs ; c’est une arme contre l’organisation indépendante des travailleurs.

Les jeunes générations sont particulièrement victimes de ce fléau, leur avenir est sacrifié aux nécessités de l’exploitation.

Il y a vingt-cinq ans, toutes les forces impérialistes ont tiré parti de la dislocation de l’URSS : ce fut pour elles le signal d’une offensive sans précédent visant à remettre en cause tous les droits et garanties collectives des travailleurs dans le monde entier, tout en organisant la répression contre les militants ouvriers.

L’appel convoquant la conférence mondiale de Mumbai affirme à ce propos : « Ceux qui appellent à cette conférence mondiale peuvent évidemment avoir des analyses différentes sur les causes de cet événement. Les classes dirigeantes, et aussi de nombreux dirigeants se réclamant de la défense des travailleurs, ont prononcé des discours affirmant que le système capitaliste et la propriété privée des moyens de production constituent “un horizon indépassable”. »

L’expérience a prouvé que, depuis vingt-cinq ans, chaque fois que les organisations ouvrières ont été conduites par leurs directions, au nom de cet « horizon indépassable », à accompagner les attaques contre les droits des travailleurs, au lieu de résister à ces attaques, chaque fois que ces directions ont cherché à atténuer les coups que portait cette offensive antiouvrière, au nom du « moindre mal », cela s’est invariablement traduit par des reculs, souvent d’une extrême ampleur, pour la classe ouvrière, pour ses droits et pour la démocratie en tant que telle.

Dans ce contexte, il faut souligner que les coups portés à l’indépendance du mouvement ouvrier vont toujours de pair avec les coups portés à la paix et à la souveraineté des nations.

Nous, soussignés, qui lançons ce Manifeste de Mumbai, affirmons que ces vingt-cinq dernières années prouvent clairement que la lutte des classes reste la force motrice de l’histoire.

Nous affirmons que le progrès de la civilisation humaine, de la paix et de la démocratie dépend avant tout de la capacité des exploités et des opprimés, à travers le monde entier, à préserver l’indépendance de leurs organisations. Dans le monde entier, on ne compte plus les grèves générales, les manifestations impliquant des millions de participants. On ne compte plus les mobilisations dans lesquelles les ouvriers, les paysans, les jeunes, les étudiants se sont levés comme classe contre les gouvernements, de toute couleur politique, qui ont pris la responsabilité de protéger les intérêts d’un système capitaliste failli et d’appliquer les politiques dictées par les grandes institutions internationales qui défendent les intérêts des capitalistes (FMI, Banque mondiale, Union européenne, etc.).

Il y a vingt-cinq ans à Barcelone (Espagne) se tenait une conférence mondiale contre la guerre et l’exploitation, à la veille de la guerre d’agression contre l’Irak par les États-Unis. Son document final affirmait : « Les gouvernements de toute tendance politique qui se sont mis au service de l’impérialisme vont s’efforcer de supprimer tous nos droits et toutes nos conquêtes sociales, sous prétexte de la guerre La guerre signifie l’accélération de la marche vers la subordination des organisations ouvrières – notamment des syndicats – à l’État, ce qui menace leur indépendance. »

Au cours de cette conférence de 1991 fut créée l’Entente internationale des travailleurs et des peuples pour une Internationale ouvrière. L’EIT, à son tour, prit l’initiative d’organiser plusieurs conférences mondiales à Paris, San Francisco, Madrid et Alger. Un grand nombre de délégués présents à Mumbai ont participé à la conférence de Barcelone ou aux autres conférences qui ont suivi.

La présence d’autres délégués à Mumbai reflète le développement, sur tous les continents, du mouvement affirmant la nécessaire indépendance du mouvement ouvrier – un mouvement de résistance aux politiques d’accompagnement de l’offensive menée par la classe dominante.

Le succès de cette conférence de Mumbai appelle une initiative qui rassemble durablement toutes les forces politiques et syndicales qui ont emprunté la voie de la résistance et qui constitue un cadre ouvert à tous ceux qui – quelles que soient leurs origines ou leurs traditions dans le mouvement ouvrier – cherchent la voie de l’indépendance de classe et de son unité au niveau international.

C’est pourquoi nous en appelons à toutes les forces décidées à agir pour se libérer des chaînes de l’exploitation et de l’oppression ; nous les appelons à s’organiser à l’échelle internationale et dans chaque pays pour avancer vers un monde où la coopération harmonieuse entre les nations et les travailleurs remplacera le monde de barbarie, de guerre et d’exploitation.

C’est pourquoi les signataires de ce manifeste ont décidé de constituer le Comité ouvrier international contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière.

Comme l’affirmait fièrement la banderole de notre conférence, reprenant les paroles de L’Internationale : contre la barbarie, la guerre et le démantèlement des nations « L’Internationale sera le genre humain ».

(*) Notre conférence a également été soutenue et construite par des militants syndicaux et politiques de vingt pays : Argentine, Autriche, Bangladesh, Burundi, Canada, République tchèque, Équateur, Grèce, Islande, Japon, Norvège, Pakistan, Pérou, Philippines, Pologne, Porto Rico, Rwanda, Espagne, Suisse, Tunisie.


Manifeste de Mumbai – Premiers signataires


AFGHANISTAN : Noor, Left Radical of Afghanistan (LRA); Sami, LRA Jeunes. AFRIQUE DU SUD-AZANIE : Ashraf Jooma ; Busisiwe Cathrine Seabe, « Fees Must Fall » et « End Outsourcing » ; Fatimata Keitumetse Moutloatse, « Fees Must Fall » et « End Outsourcing » ; Thobile Ndimande, « Fees Must fall » et « End Outsourcing » ; Mandla Phangwa ; Bonginkosi Muchanga ; Azikiwe Zweni ; Lucky Radebe ; Tumi Zwane ; Mthetheleli Kasa ; Mcebo Dlamini ; Bongani Dlamini ; Siyabonga Sithole. ALLEMAGNE : Peter Salmüller ; Claudia Schuller ; Klaus Schuller, commission ouvrière du Parti social-démocrate (SPD), syndicaliste EVG ; H.W. Schuster, commission ouvrière du SPD de Düsseldorf, syndicaliste Ver.di ; Jürgen Hiepe, SPD, commission ouvrière du SPD de Düsseldorf, syndicaliste IG Metall ; Sidonie Kellerer, syndicaliste GEW (à titre personnel) ; Wilfried Klapdor, SPD-commission ouvrière du SPD de Düsseldorf, syndicaliste Ver.di ; Christian Krähling, membre du conseil d’entreprise d’Amazon, syndicaliste Ver.di (à titre personnel) ; Peter Kreutler, vice-président de la commission ouvrière du SPD de Düsseldorf, syndicaliste Ver. di (à titre personnel) ; Mechthild Middeke, secrétaire d’un syndicat Ver.di (à titre personnel) ; Hans Jörg Miller, commission ouvrière du SPD de Düsseldorf, syndicaliste Ver.di ; Norbert Müller, commission ouvrière du SPD de Frankfurt/Main, syndicaliste Ver.di ; Heiner Reiman, secrétaire d’un syndicat IG Metall (à titre personnel) ; Sven Rothe, syndicaliste Ver.di Amazon (à titre personnel) ; Bodo Schoo, commission ouvrière du SPD de Düsseldorf, syndicaliste IG Metall ; Heimgard Schüller, syndicaliste IG BAU ; Anna Schuster, déléguée Ver.di à Düsseldorf (à titre personnel) ; Karsten Schuster, syndicaliste Ver.di, Lüdenscheid ; Birgit Schutz, commission ouvrière du SPD de Düsseldorf, membre du conseil d‘entreprise, syndicaliste NGG ; Ismail Eren, commission ouvrière du SPD de Düsseldorf, membre de la direction de TSD/Les sociaux-démocrates turcs Düsseldorf ; Dürdane Tutmaz Eren, président de TSD/Les sociaux-démocrates turcs de Düsseldorf. AUTRICHE: Matthias Lauer, président de l’ACUS, membre du conseil national du Parti socialdémocrate SPÖ (à titre personnel), syndicaliste GPA. BANGLADESH : Rafiqujjaman, président de la Fédération nationale des travailleurs du Bangladesh (BJSF) ; Shamimara, secrétaire, BJSF ; Mujibar Rahman, secrétaire BJSF (Dinajpur). BELGIQUE : Laetitia Coucke, étudiante ; Serge Monsieur, syndicaliste (à titre personnel) ; Monique Lermusiaux, syndicaliste retraitée ; Claire Thomas, déléguée syndicale enseignement ; Djazia Boudaoud, syndicaliste enseignante ; Philippe Ferdinande, délégué syndical infirmier, secteur public ; Maurice Mateke, étudiant ; Jacques Allard, pensionné ; Roberto Giarrocco, syndicaliste services publics ; Gaetan Coucke, syndicaliste enseignant. BÉNIN : Innocent Assogba, Confédération syndicale des travailleurs du Bénin (CSTB) ; Paul Esse Iko, CSTB ; Yovo Serge Dossou, Syndicat national des professeurs des enseignements secondaires (SYNAPES) ; Jean-Pierre Koucou, Syndicat national des enseignants contractuels du Bénin (SYNECOB) ; Soule Salako, Syndicat national des travailleurs des services de la santé humaine du Bénin (SYNTRASESH). BIÉLORUSSIE : Yuri Glushakov, Mouvement social « Razam ». BRÉSIL : Ney Ferreira, syndicaliste et militant du Parti des travailleurs (PT) ; Daniel Nodari, syndicaliste CUT, Curitiba (Parana) ; Anisio Garcez Homem, militant du PT, Curitiba (Parana) ; Cláudio Ribeiro, avocat du travail, membre fondateur du PT (Parana) ; Johnson G. Homem, militant du PT (Florianópolis) ; Marina de Godoy, enseignante, membre du Directoire municipal du PT, Curitiba (Parana) ; Rodrigo Rossi, enseignant (Parana) ; Cláudia Caramez, enseignant, (Parana) ; Alex Ferreira Garcia, enseignant (Parana). BURUNDI : Richard Hatungimana (Parti des travailleurs et de la démocratie, PTD) ; Jérôme Sinzinkayo (PTD) ; Eugène Habonimana (PTD) ; Zacharie Niyukuri (PTD) ; Abel Nshimirimana (PTD) ; Jean Claude Ndikumwenayo, étudiant ; Donatien Girukwigomba, étudiant ; Albert Bwashi, syndicaliste ; Philippe Ntahomvukiye, syndicaliste ; syndicaliste. Justin-Désiré Ndikuriyo, CANADA : Brian Ross Ashley, membre de l’exécutif du NPD de Toronto-St. Paul’s, travailleur hospitalier à la retraite, ancien membre de l’exécutif SEIU Local 204 ; Paul Nkunzimana, militant, professeur d’université retraité ; Jean-Gabin Ntebutse, enseignant, université de Sherbrooke ; Alexis Ndimubandi, chercheur, Montréal. CHILI : Sixto Iturra, Soberanía y Justicia Social (Souveraineté et Justice sociale) ; Eduardo Neira, ouvrier des chantiers navals, Soberanía y justicia social ; Sérgio Ceballo, métallurgiste, Soberanía y Justicia Social. CHINE : Hoi Go, Guangzhou; Apo Leong, HongKong. CORÉE : Sikhwa Jung, syndicaliste, fédération de la métallurgie de la KCTU ; Ha Sage Soo. CÔTE D’IVOIRE : Mamadou Ouattara, CNESC (Coordination nationale des enseignants du supérieur et chercheurs de Côte d’Ivoire). ÉTATS-UNIS : Alan Benjamin, membre du San Francisco Labor Council (à titre personnel) ; Colia L. Clark, Judicial Violence Symposium ; Guadeloupe-Haiti Tour ; Grandma for Mumia Abu Jamal ; Free Russel Maroon Shoatz ; Eco Socialist Movement ; Lindsay Koli, « Black Lives Matter » ; Chris Silvera, Local 808, International Brotherhood of Teamsters (à titre personnel) ; Ed Rosario, président du Labor Council for LatinAmerican Advancement (AFL-CIO) de New York (à titre personnel) ; Carol Gay, New Jersey State Industrial Union Council (à titre personnel) ; Allan Fisher, AFT 2121 (à titre personnel) ; Donna Dewitt, présidente d’honneur South Carolina AFLCIO (à titre personnel) ; Rodger Scott, AFT 2121 (à titre personnel) ; Ralph Schoenman, auteur, écrivain ; Mya Shone, auteur, militante pour les droits ouvriers ; Millie Phillips, rédaction de The Organizer ; Hal Sutton, syndicaliste retraité UAW (automobile) ; Larry Duncan, Labor Beat Cable-TV Series, Chicago (à titre personnel) ; Nancy Wohlforth, secrétaire générale d’honneur, OPEIU (à titre personnel) ; Gene Bruskin, membre fondateur de US Labor Against the War (à titre personnel) ; Saladin Muhammad, Southern Workers Assembly (à titre personnel) ; Nativo López, Hermandad Mexicana Nacional ; Jack Rasmus, SEIU 1021, St. Mary’s College, Economic Dept. ; Michael Carano, syndicaliste retraité des Teamsters ; Lynn Spivey (à titre personnel) ; Jerry Levinsky, SEIU 509 (à titre personnel) ; Jim Lafferty, directeur exécutif d’honneur, National Lawyers Guild/Guilde nationale des avocats, Los Angeles. FRANCE : Patrick Albert, syndicaliste ; Christine Aubery, UAS ; Jacques Aurigny, syndicaliste ; Jean-Pierre Barrois ; Jean Bartholin, conseiller départemental de la Loire ; Karim Benmedjeber, syndicaliste enseignant ; Thierry Bonus, syndicaliste, Paris; Patrick Boulo, syndicaliste santé ; Jean-Marie Bourgoin, syndicaliste cheminot retraité ; Thierry Brion, syndicaliste La Poste ; Bernard Brizon, libre-penseur, pacifiste ; Rémi Candelier, syndicaliste ; Jean-Pierre Cassard, syndicaliste enseignant ; Brigit Cerveau, syndicaliste enseignante ; Claude Charmont, syndicaliste ; Bernard Chevreau ; Mickaël Chilou, syndicaliste construction ; Guislain Chocun, syndicaliste ; Daniel Clerc, élu municipal et syndicaliste cheminot ; Pascal Corbex, syndicaliste  (à titre personnel) ; Gilles Cordival, élu municipal ; Katel Corduant, syndicaliste services publics ; François de Massot ; Pascal Dhennequin, syndicaliste ; Olivier Doriane, POID (Parti ouvrier indépendant démocratique) ; Fadila Doukhi, déléguée syndicale pénitentiaire ; Eric Dussin, syndicaliste Télécom ; Dominique Ferré ; Yves Gandolfi, syndicaliste métallurgie ; Samuel Garnier, PG (Parti de gauche) ; Daniel Gluckstein, POID ; Grégory Gosse, syndicaliste de la métallurgie ; Allain Graux, PG, syndicaliste ; Murat Gunay, syndicaliste chimie ; Laurent Gutierrez, PCF (Parti communiste français) ; Marc Hébert, UAS ; Lucette Hohmann, syndicaliste ; Eric Jarry, syndicaliste chimie ; Martine Jarry, syndicaliste ; Fabrice Jolys, syndicaliste Télécom ; Jean-Jacques Karman, membre du conseil national du PCF, Gauche communiste ; Christel Keiser, conseillère municipale du POID ; Marylise Khun, adjointe au maire ;  Stéphane Knapp, POID ; Erdogan Koscun, syndicaliste CGT Mahler Behr ; Patrick Lartaut, PCF ; Véronique Lartaut, PCF ; Christelle Leclerc, militante syndicale ; François Leclerc, syndicaliste ; Fabrice Le Roux, syndicaliste hospitalier ; Fabienne Lodola, syndicaliste enseignante ; Tristan Lombart, étudiant ; Francisco Lopera, syndicaliste métallurgie ; Yvon Luby, ancien maire d’Allones ; Maria-José Malheiros, syndicaliste, Paris ; Norbert Malicet, syndicaliste CGT métallurgie ; Philippe Manenti, président du comité de défense et d’initiatives des frontaliers au Luxembourg ; Lucie Marzaq, syndicaliste rectorat (à titre personnel) ; Isabelle Michaud ; Jean-Rolland Michel ; Marie-Luce Mouly, ex-coordinatrice PG 28 ; Alexia Muller, syndicaliste ; Baba Nabé, élu municipal PS (Parti socialiste) ; Jean-Pierre Normand, syndicaliste ; Antonio Oliveira, syndicaliste et élu PS ; Armel Paneri, syndicaliste ; Boris Papelier, syndicaliste  construction ; Frédéric Parisot, syndicaliste services publics ; Hélène Peytavi, syndicaliste ; Marie Pichon, UAS ; Yves Poey, directeur d’école ; Emmanuel Poisson, secrétaire UL CGT Nogent-leRotrou ; Raynald Prévost, syndicaliste ; Nicolas Puglia, syndicaliste services publics ; Loïc Ribaud, Jeunesse révolution ; Gilles Robillard, syndicaliste CGT ; Jean-Jacques Rodriguez, syndicaliste dans l’industrie du verre (à titre personnel) ; Isabelle Rose, à titre personnel ; Joëlle Rotré, syndicaliste ; Bernard Saas, POID ; Stéphane Salembien, syndicaliste métallurgie ; Gérard Schivardi, maire de Mailhac ; Arsène Schmitt, président du Comité de défense des travailleurs frontaliers de la Moselle ; Françoise Schum, conseillère municipale ; Sylvain Sigurani, syndicaliste ; François Standaert, enseignant ; Maurice Manifeste de Mumbai – Premiers signataires Stobnicer ; Michel Streb, (à titre personnel) ; Jacky Thaller, syndicaliste enseignant ; Jacqueline Trinquet ; Vincent Vassalo, enseignant syndiqué ; Thierry Vassy, infirmier syndicaliste ; Cathy Van Ballaer, militante politique et syndicale ; Guillaume Vercruysse ; Bertrand Vincent, syndicaliste ; Bernard Vinsot, syndicaliste. GRANDE-BRETAGNE : (tous à titre personnel) Nick Phillips, secrétaire de l’union locale des TUC de Southwark ; John Sweeney, syndicaliste UCATT ; Mike Calvert, secrétaire adjoint de la section du syndicat Unison d’Islington ; Ian Hodson, président du syndicat national des boulangers,  BFAWU ; Adrian Kennett, direction nationale de Unison ; Naomi Fearon, syndicat NUT, direction nationale de la Socialist Educational Association, membre de la section de Wythenshawe – Sale East du Labour Party ; Jane Doolan, secrétaire de la section du syndicat Unison d’Islington ; Paul Filby, syndicat UCATT, secrétaire de la campagne pour la sécurité dans l’industrie du bâtiment ;  Terry Luke, section Unison d’Islington ; Nat Queen, professeur université de  Birmingham, syndicat  UCU ;  Henry Mott, section Unité des ouvriers communaux de Southwark ;  Doreen McNally, Femmes des dockers de Liverpool – Women of the Waterfront ; Mike Arnott, secrétaire de lunion locale des TUC de Dundee ; Charles Charalambous, journaliste freelance ;  Zarina Bhatia, Campagne de solidarité avec la Palestine, Campagne pour le désarmement nucléaire ; Raymond Mennie, union locale des TUC de Dundee, Comité des militants Unité de Dundee, Barbara Lowe, section Unison d’Islington ; Gill Kennett, conseiller municipal indépendant de Hull ; Fiona Monkman, présidente de la section du syndicat Unison d’Islington ; Mouna Hamitouche, conseillère municipal Labour d’Islington ; Alex Wood, section Unison d’Islington ; Mark Lysaght, section Unison d’Islington ; Michael Calderbank, section Unison d’Islington ; Rachael Harris, Momentum ; Sean Fox, secrétaire de la section Unison de Haringey ; Makbule Gunes, conseiller municipal Labour de Haringey ; Peter Durrant, union locale des TUC de Kings Lynn ; Alex Barrett, section du Labour Party du nord-ouest Norfolk. GRÈCE : Vasso Frangou, écrivain ; Eleni Pieropoulou, militante de LAE (Unité populaire), Papagos/Holargos ; Maryse Lelohé, militante LAE, Papagos/Holargos ; Eva Kallitsi, étudiante ; Christos Roubanis, avocat, militant de LAE (Athènes) ; Andreas Guhl militant de LAE, Argolide ; Sotiria Lioni (Nauplie) ; Dimitrios Balaskas, paysan (Nauplie) ; Giorgos Ikonomou, syndicaliste enseignant ; Dimitra Mpirpanagou, chômeuse (Nauplie) ; Eirini Morou (Athènes). HAITI : Berthony Dupont, rédacteur en chef de Haïti Liberté. HONGRIE : Matyas Benyik, ATTAC ; Droppa Gyoran Guztav, SZAB (Szervezok A Baloldalert – les organisateurs de la gauche) ; Somi Judit, Anyiszonyan Klàra, Rona Péter, Rona Judit. INDE : Nambiath Vasudevan, Trade Union Solidarity Committee (Mumbai) ; M.A. Patil, président de Sarva Shramik Sang, NTUI, État du Maharastra (Mumbai) ; Franklyn D’Souza, Trade Union Solidarity Committee (Mumbai) ; Milind Ranade, secrétaire général KVSS (Mumbai) ; Betkr Sunanda Chandrakat (Ahmednagar) ; Nilesh Kumar Parmar, secrétaire général de Gujarat Working Class Union (Bharuch) ; Sanjeev Kumar Nayak, Odisha Domestic Workers Union (Bhubaneshwar) ; Ashok Kumar, Hotel Workers Union (Delhi) ; Vinod Kumar Waliya, Hotel Workers Union (Delhi) ; Gopal Mishra (Delhi) ; Cyril Fernandes, Goenchon Kamdar Ekvot (Goa) ; Tushar R. Mestry, Goenchon Kamdar Ekvot (Goa) ; MeenaSur, Gharelu Mahila Kamgar Union (Kanpur) ; MonaSur, Kapda Millmazdoor Union (Kanpur) ; P. Krishnammal, NTUI, État du Kerala, Cleaning Destination Workers Union (Kerala) ; Abdul Latheef, KSEB Karar Thozhi Lali Federation (KKTF-NTUI) (Kerala) ; P. N. Sanathanan (Kerala) ; K.S. Yesodhara Devi, NTUI – État du Kerala, Cleaning Destination Workers Union (Kerala) ; R.H. Acharekar, TUSC (Mumbai) ; Paankhi Agrawal, Ambedkar Periyar Phule Study Circle, IITB (Mumbai) ; K.S. Ahire, BEST Kamgar Union Kamgar Aghadi (Mumbai) ; Praful Anant Salvi, MGKU (Mumbai) ; Govind Balkrishna Sawant, Association of Engineers (Mumbai) ; Nalini Chandrakant Rout, Maharahstra Rajya Anganwadi Sanghatana (Mumbai) ; A.G. Chitnis, OTIS (Mumbai) ; Muralidhra Dekhane (Mumbai) ; Prashant Deorukhkar, DHL Employees Union (Mumbai) ; Ramdas Dinkar Nikam (Mumbai) ; Patrick Fernandes (Mumbai) ; Prashant Gaikwad, MGKU (Mumbai) ; Vernon Gonsalves (Mumbai) ; Deepti Gopinath (Mumbai) ; Shankar Gunde, Reliance Workers, Mumbai Electric Employees Union (Mumbai) ; Denzil John, Hindustan Lever Employees Union (Mumbai) ; Mukhund Kadam, Sarva Shramik Sang (Mumbai) ; Raju Kadam, Mumbai Electric Employees Union (Mumbai) ; Abhay Khedekar, DHL Employees Union (Mumbai) ; Ravindra Krushna Khedekar, MGKU (Mumbai) ; Kranthi Kumar, APPSC, Mumbai (Mumbai) ; J.F. Lewis, MGKU (Mumbai) ; Khan Mehboob Bismillah, MGKU (Mumbai) ; M.S. Nair, Blue Star Workers Union (Mumbai) ; Raju Narangikar (Mumbai) ; M. J. Pandey, Brihan Mumbai Union of Journalist (Mumbai) ; Patil Pandurang Dnyandeo, MGKU (Mumbai) ; Ashok Prahlad Baviskar, MGKU (Mumbai) ; Harish Raghunath Surve (Mumbai) ; Rajendra Ramchandra Nikam (Mumbai) ; D. Rashmi (Mumbai) ; Salim Saboowala (Mumbai) ; Deepak Sawant (Mumbai) ; Geeta Seshu (Mumbai) ; Safaraz Shaikh, Oberoi Hotel Employees Union (Mumbai) ; Ashok Shankar Ghajbiye, Association of Engineering Workers (Mumbai) ; Nayana Shevasi Walum, Maharashtra Rajya Anganwadi Sanghatana (Mumbai) ; Saidulu Singapanga, Reliance Workers (Mumbai) ; Vinay V. Tamhankar (Mumbai) ; Siddhrath Gourkhede, MGKU (Nagpur) ; Ratnakar Namdewrao Watkar, secrétaire Association of Engineering Workers Mouda Unit of Hindalco Industries (Nagpur) ; Chandrabhansher Sing, MGKU (Nagpur) ; Nivesh Uchibeeyle, MGKU (Nagpur) ; Shantataraka N. Katkade (Nanded) ; Keshav Hanumant Ghafare, Thermax Kamgar (Pune) ; Neeraj Jain, Lokayat (Pune) ; Santosh Ranjane, NTUI Thermax Kamgar Sanghatana (Pune) ; Manju Meena Lakra, Bharatiya Gharelu Kamgar Snagh (Ranchi) ; Tushar Suresh Ghag, Kansai Nerolac Paints Employees Union (Ratnagiri) ; R. Ansari (Tamil Nadu) ; S. Gopal, CPDR Tamil Nadu (Tamil Nadu) ; M. Krishnamoorthy, Salt Workers Union, Unorganised Workers Federation, Thoothukudi (Tamil Nadu) ; A. Nainapanni (Tamil Nadu) ;  P. Richard, HEFOI (Tamil Nadu) ; M. Sugumaran, CPDR (Tamil Nadu) ; Varadarajendra, Karnataka Shramik Shakti ; Juliet (Tuticorin, Tamil Nadu) ;  S. Robinson, Democratic Fish and Fishery Workers Union (Tuticorin, Tamil Nadu) ; Ashwini Ajabrao Mahalle ; M. Anjapuli ; Shailesh Avarsekar, DHL Employees Union ; Dadarao Baburao Patekar, KVSS ; Sonawane Balasaheb Hiraman, MGKU ; Sweta Balvant Narsale, Oberoi Hotel HEFOI ; Ankush Bhahiwade, Maharashtra Municipal Labour Union ; Anandi Bhosale ; Gurunath R. Bhovad ; Sarlatai Chabukswar, Anganwadi Sanghatana Sarv Sramik Sangh ; Nilesh Datkhile ; Suryamani Gaikwad, Anganwadi ; Sandesh Gawade ; Mahendra Hiwrale, Maharahstra Municipal Kamgar Union ; J. Jayaghosh, KKTF- NTUI ; Pravinkumar Jayaramulu Adimalla ; Yadaiah Kannam ; Kathirvel ; Nana Kedare ; Aabess Khan, DHL Employees Union ; Munish Kumar ; Padma Kumar, Kerala Cable TV Workers Unity Centre (NTUI) ; R. Kumar ; Alok Ladda, Thozhilalar Koodum ; Sunil Lahu Ghagare, KVSS ; Raju Lokhade ; Narendra Lomesh Chaudhari ;  N. Manoharan, HEFOI (HMS) ; Shivaji Mokal ; Subhas Naik Jorge, Kamgar Rancho Ekvott, Unité ouvrière (Goa) ; Mahesh Param ; Dilip Pawar ; Vijay Pawar ; John Peter, HEFOI (HMS) ; Kursakant Pimpalkar ; Ramagounder ; Narayan Raul, Otis Elevator’s Employees’ Union ; Krishnan Saini ; Mr. Sanjay Shelke, Maharashtra Kamgar Aghadi, MGKU ; Mangala Saraf ; Imran Shaikh ; Madhavi Shinde, Anaganwadi ; Datta Sonawane ; Srirangam ; M. Subbu ; Devdas Subraj Prabhu, OTIS ; Shobha Tadargi, Union of Anganwadi Supervisors ; Rani Teja Sangheetha ; Francis Thomas Jimmy, Hindustan Lever Employees Union ; Deepak Tirlotkar ; Milind Tirodkra, HEFOI ; Kale Umesh Raghunath ; Suraj Uttam Hajane ; Surendra Vairal, Hindustan Lever Employees Union ; Raja Veeramudhu ; T. Venkat, TN Labour ; Chandrika Venkata, Thozhilalar Koodum ; Ambre Vishnu Sadashiv, Kansai Nerolac Paints Employees Union. IRLANDE : Irlande du Nord : John Kennedy, Belfast ; Micheal O’Neil, Derry ; Micheal Sullivan, Derry. République d’Irlande : Thomas Pringle  (membre du Parlement), indépendant, Donegal ; Ciaran Campbell, syndicat Mandate (régions Nord et Ouest) ; Katrina Groves, syndicaliste enseignante. ISLANDE : le Front du peuple ITALIE : Dario Granaglia, syndicaliste FIOM- CGIL (à titre personnel) ; Lorenzo Mortara, syndicaliste FIOM- CGIL (à titre personnel) ; Lorenzo Varaldo, coordinateur Movimento politico pell’Abrogazzione (Mouvement politique pour l’abrogation – MPA); Federica Marra, enseignante, MPA ; Stefania Giovando, MPA ; Suelì Croce, ouvrier, MPA ; Kristian Goglio, syndicaliste CGIL-école, membre de la Commission exécutive, Turin ; Monica Grilli,  syndicaliste CGIL-école ; Betty Raineri, déléguée CISL-école ; Gianni Guglieri, ouvrier, syndicaliste UIL-chimie ; Vanna Ventre, enseignante, rédaction de Tribuna Libera, MPA ; Luigi Brandellero, ouvrier, rédaction de Tribuna libera, MPA ; Ugo Croce, rédaction de Tribuna libera, MPA; Valeria Busicchia, enseignante, MPA; Alberto Pian; enseignant, MPA; Andrea Monasterolo, ouvrier, syndicaliste CGIL-chimie ; Alessandra Cigna, délégué CGIL-école ; Felice Fazzolari, enseignant, MPA; Claudia Poggio, enseignante, MPA ; Angela Fenocchio, enseignante, MPA ; Agata Pantella, enseignante, MPA ; Daniele Grego, syndicaliste CISL ; Alberto Ara, employé, ancien candidat sur la liste Abrogazzione ; Cinzia Sannazzaro, employée de Call Center, syndicaliste. MEXIQUE : Gloria Gracida, syndicaliste enseignante ; Melquiades Velueta Velueta, responsable syndical santé, Palenque, État du Chiapas ; Raul Callejas, travailleur hospitalier, comité pour une Nouvelle Confédération des travailleurs ; Andrés Cantoral, travailleur de la santé, Palenque, État du Chiapas ; Daniel Martínez, Organisation démocratique des pères de famille, État du Chiapas ; Russel Aguilar, syndicaliste Manifeste de Mumbai – Premiers signataires enseignant, militant du CORCI Mexico ; Misael Palma, enseignant retraité ; membre de la section 7 du SNTE-CNTE, État du Chiapas ; Ricardo Castelo Castillo, ouvrier pétrolier, Nanchital, Groupe de Veracruz pour le renouveau syndical ; Tirso Marin López, Minatitlan, Groupe de Veracruz pour le renouveau syndical ; José Armando Bemon Pérez, Nanchital, Groupe de Veracruz pour le renouveau syndical ; Juan Antonio Avalos, travailleur de STUNAM ; Ismael Ruiz, militant du CORCI México ; Liliana Plumeda, militante du CORCI Mexico ; Juan Carlos Vargas, professeur d’université, militant du CORCI México ; Jesús Casillas Arredondo, militant du CORCI México ; Marco Antonio Morales, ouvrier de “maquiladora” ; Alejandra Rivera, membre de l’OPT (Organisation du peuple et des travailleurs), Tijuana ; Joaquín Torres, membre de l’OPT, Tijuana ; Luis Carlos Haro, étudiant, membre de l’OPT, Tijuana ; Josué Valenzuela, étudiant, Comité étudiant pour défendre l’enseignement public – Tijuana (EDUP TJ). PAKISTAN : Rubina Jamil, secrétaire générale de la All Pakistan Trade Union Federation (APTUF), présidente de la All Pakistan Workers Confederation; Khursheed Ahmeed, secrétaire général de la All Pakistan Workers Confederation ; Mohammad Anwer, président de l’APTUF, dirigeant du syndicat des cheminots Railway Workers Union (Workshop) ; Mohammad Ilyas, cosecrétaire Workers Union Nisar Art Press, co-secrétaire APTUF ; Saeed Gujjar, membre de la commission exécutive, APTUF ; Mohammad Arif, secrétaire général de United Foam Employees Union ; Mohammad Ashraf, secrétaire de l’APTUF ; Rao Nasim, secrétaire général adjoint du syndicat des cheminots Railway Workers Union (open line) ; Amna Younas, Progressive Youth (Jeunesse progressiste) ; Rehmatullah Khan, Progressive Youth ; Mohammed Mehmood, Progressive Youth. PÉROU : Luis Olivencia Baldassari, ancien responsable syndical dans les banques ; Henry Torres Gallarday, militant d’organisations populaires ; Jesus Castro Paredes, enseignant retraité. PHILIPPINES : Partido Manggagawa (PM, Parti des travailleurs). PORTUGAL : Jorge Torres, syndicaliste CGTP; Adriano Zilhao; Fernando J. S. Soares, responsable du SITE (Sindicato dos Trabalhadores das Indústrias Transformadoras, Energia e Actividades do Ambiente) ; Joaquim Delgado, syndicaliste SITE ; Fátima Martins, ancienne responsable syndicale UGT et SITESE ; José J. S. Henriques, ancien membre de la Commission de travailleurs du Círculo de Leitores, syndicaliste ; Rui Rodrigues, syndicaliste SNESup (enseignement supérieur). RÉPUBLIQUE TCHÈQUE: Vladimíra Vítová et Petr Schnur, České Mírové Fórum (Forum tchèque pour la paix) CMF ; Ivan David Nová Republika (Nouvelle République). ROUMANIE : Constantin Cretan, Fédération nationale du travail (FNM) ; Ileana Cretan, Association pour l’émancipation des travailleurs (AEM). RUSSIE : Denis Berezutskiy, Plateforme ouvrière ; Natalia Kotova, anthropologue ; Olga Masson, Plateforme ouvrière ; Mark Vassilev, historien et militant de gauche. RWANDA : Karango Niyonzima Alphonse, syndicaliste. SUÈDE : Enamul Haq ; Nadezhda Bravo Cladera, université de Stockholm. SUISSE : Micky Zimmermann, membre du Parti socialiste suisse, membre du groupe socialiste au conseil de Versoix (canton de Genève). TOGO : Lawson Messan. TUNISIE : Ali Hached, militant TURQUIE : Cemal Bilgin, Tas.Is (Association des ouvriers à la tâche); Furkan Safak, Parti de la Fraternité ouvrière (IKP); Korkut Boratav, professeur émérite, membre de la délégation à la Conférence d’Alger (2011) ; Ertuğrul Ahmet Tonak, professeur, membre de la délégation à la Conférence d’Alger (2011) ; Gençay Gürsoy, professeur, membre de la délégation à la Conférence d’Alger (2011) ; Fikret Başkaya, président de la Fondation du Forum TurquieMoyen-Orient, responsable de l’Université libre ; Atilla Özsever, académicien, journaliste ; Şadi Ozansü, Parti de la Fraternité ouvrière (İKP), porte-parole ; Yaşar Avcı, Parti de la fraternité ouvrière (İKP), membre du comité exécutif ; Fulya Ayata, Parti de la Fraternité ouvrière (İKP), membre du comité exécutif ; Birsen Yeşilkanat Kaya, syndicaliste santé (Sağlık-iş) ; Kenan Okta, syndicaliste, membre de la section de EskişehirKırka du Syndicat des mineurs (Maden-iş). UKRAINE : Youri Chakhine. VENEZUELA : Rafael Linares, militant du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV). ZIMBABWE : Mafa Kwanisai Mafa ; Chen Cimutengwende, membre du Comité central de l’Union nationale africaine du ZimbabweFront patriotique (ZANU-PF) ; Kizito Chivamba, membre du Parlement ; Wellington Magura, membre du comité central de la ZANU-PF ; Jacob Rice, secrétaire général de la Fédération des syndicats du Zimbabwe (ZFTU) ; Bernad Dhanda, ZFTU. Membres de la ZANU PF et de l’Association des vétérans de la guerre de libération nationale : Evan Zingwe, Eustina Mumbire, Beatrice Mufungi, Geraldine Tafirenyika, Thyra Nudi, Munyaradzi Kwande, Raymond Maphosa, Memory Mpandawana, Arasiah Phiri, Mathew Nyakurerwa, Shingai Chifondondo, Munyaradzi Busvumani, Tapiwanashe Chikwinho, Wellington Magura, Simbarashe Mutukwa, Chenai Mpandawana, Tawanda Kwanisai, Terrence Musanga, Angeline Bhebhe, Raphnos Mushandu, Enock Nherera, Bwanairi Phiri. Etudiants à l’université d’État des Midlands : Kudzaishe Nyandoro, Fulton Chihlava, Zvatapiwa Chideya, Kudzai Mango, Clotilda Mango, Tanyaradzwa Chaitezvi, Josephine Mudzingwa, Yeukai Mabeka; Ruvimbo Mabeza. Jeunes de la ZANU-PF : Sophie Moyo, Brian Fundila, Patrick Chademana, Edmore Mundenga, Plaxedes Muchenje, Lawrence Madzokere, Davson Khalitula, Yemurai Guvheya. Jeunes de la ville de Gweru : Claris Mtandi, Melody Muvuti, Tendai Kim, Nicolyne Chiware, Victor Maride, Shingai Masekesa, John Mawire, Brighton Javangwe, Ranga Gumbo, Joe Phiri, Joseph Gopane, Kudakwashe Shambare. Zimbabwe Pan Africanist Youth Agenda : Brian Konzo, président, ZICOSU (Congrès des syndicats étudiants du Zimbabwe) – section de Gweru ; Diana Nkomo, vice-présidente, ZICOSU-Gweru ; Thembelihle Sibanda, porte-parole, ZICOSU-Gweru ; Blessing Gwizo, secrétaire général, ZICOSU-Gweru ; Romeo Chisango, trésorier, ZICOSU-Gweru ; Trymore Mariwo, commissaire politique, ZICOSUGweru ; Shaibu Salanje, sécurité, ZICOSU-Gweru ; Tawanda Maswoto, information, ZICOSU-Gweru ; Norleen Nyamambi, secrétaire à l’organisation, ZICOSU-Gweru ; Ropafadzo Fundira, membre du comité, ZICOSU-Gweru ; Sihle Ndloyu, membre du comité, ZICOSU-Gweru ; Cedrick Magadu, membre du comité, ZICOSU-Gweru ; Jorum Mukono, membre du comité ZICOSU-Gweru.  Les délégués qui ont assuré la présidence de la Conférence de Mumbai constitueront le Comité de suivi de celle-ci : Innocent Assogba (Bénin), Alan Benjamin (États-Unis), Colia Clark (États-Unis), Constantin Cretan (Roumanie), Berthony Dupont (Haïti), Ney Ferreira (Brésil), Daniel Gluckstein (France), Rubina Jamil (Pakistan), Apo Leung (Chine), Gloria Martinez (Mexique), M.A. Patil (Inde), Mandlenkosi Phangwa (Afrique du Sud/Azanie), Klaus Schüller (Allemagne), Jung Sikhwa (Corée), John Sweeney (Grande-Bretagne), Mark Vassilev (Russie), Nambiath Vasudevan (Inde).

mumbai4

Pour soutenir le Manifesteimprimez le pdf et renvoyez-le rempli et signé à l’une des deux adresses ci-dessous ou par email à owcmumbai2016@gmail.com .

Pour tout contact : owcmumbai2016@gmail.com

  • Daniel Gluckstein, c/o La Tribune des travailleurs, 34 rue Villiers de l’Isle-Adam 75020 Paris (France)
  • Nambiath Vasudevan, c/o TUSC, 6, Neelkanth Apartments, Gokuldas Pasta Road, Dadar East, Mumbai 400014 (India)