HAÏTI « Une victoire contre la politique raciste de Trump »

« TPS : victoire contre Trump ! », titre en une l’hebdomadaire Haïti Liberté (17 avril 2019). 

Ce n’est pas tous les jours en effet que l’on fait reculer Trump, chef suprême de l’impérialisme américain. C’est pourtant ce qui vient de se produire aux États-Unis le 11 avril, après qu’un tribunal fédéral a donné raison à Family Action Network Movement (FANM) et à Haïti Liberté à la suite du procès intenté début janvier par Haïti Liberté, FANM et neuf citoyens haïtiens contre l’administration Trump, notamment le Department of Homeland Security (département de la Sécurité intérieure – NDLR), pour avoir mis fin au Statut de protection temporaire (TPS) d’Haïti.

Rappelons que le TPS avait été accordé par l’administration américaine à 60 000 réfugiés haïtiens, à la suite du séisme de 2010 qui avait ravagé l’île. Ce statut permettait temporairement à ces travailleurs et à leur famille de vivre et travailler aux États-Unis.

Dans sa rage anti-ouvrière et anti-immigrée, Trump avait annoncé en novembre 2017 qu’il mettait fin au TPS pour les 60 000 Haïtiens qui en bénéficiaient (il avait annoncé ensuite des mesures du même type contre les immigrés originaires d’Amérique centrale).

Les organes de presse Haïti Liberté (Haïti), The Organizer (États-Unis) et La Tribune des travailleurs (France) avaient rendu compte régulièrement de ce scandale et du combat pour le maintien du TPS.

À la suite du combat mené par nos camarades de Haïti Liberté et de FANM, le juge fédéral William F. Kuntz II a donc rendu son jugement le 11 avril, sur 145 pages, pleinement en faveur des plaignants et de leurs arguments. On s’attend évidemment à ce que le gouvernement aille en appel. Mais dans l’immédiat, la décision du juge fédéral William F. Kuntz II bloque la décision de l’administration Trump de mettre fin au TPS.

Un succès de nos camarades de Haïti Liberté et des militants et organisations ouvrières des États-Unis qui combattent la politique raciste et anti-ouvrière de Trump !