AFRIQUE Forum africain de la convergence globale des luttes terres eaux semences paysannes de l’Afrique de l’Ouest (CGLTE-AO)

Le Forum africain sur « Le rôle et responsabilité des femmes et des jeunes dans la gouvernance foncière suivant les us et coutumes » a vécu au Centre agro-écologique de Nyéléni à Sélinguy au Mali du 05 au 08 Décembre 2019. Pour rappel, cette rencontre internationale a regroupé des délégués des plate formes pays de la CGLTE-AO faisant partie des Organisations de la Société civile des 14 pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest actifs sur le foncier, l’eau et les semences paysannes, plus la Mauritanie qui est un membre d’office même s’il ne fait pas partie de la CEDEAO. Ainsi que le Tchad comme invité, des chefs coutumiers et traditionnels, des élus locaux venus des différents pays. Et les communautés paysannes et paysans vivants au Mali qui sont sensibles aux aspects liés au foncier parce que victimes souvent d’accaparement de terres de la part des multinationales comme partout en Afrique, en Amérique latine, en Asie sous le fallacieux prétexte de projets d’utilité publique vendus par nos États respectifs au profit des promoteurs de l’agrobusiness et de l’immobilier. 

Cette rencontre sous-régionale a permis entre autres aux délégués des plate-formes nationales de la CGLTEAO du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Gambie, du Ghana, de la Guinée Bissau, de la République de Guinée, du Liberia, du Mali, de la Mauritanie, du Niger, du Nigeria, du Sénégal, de la Sierra Leone et du Togo de faire un état des lieux exhaustif du contexte de la gouvernance foncière avec focus sur les femmes et les jeunes qui jouent un rôle prépondérant dans l’économie de nos pays et sont souvent laissés en rade ou relégués sur la plus basse marche de l’échelle sociale surtout quand on parle de dispatching du foncier au niveau rural pour les besoins de l’agriculture familiale. Alors que de nombreuses études montrent qu’ils participent au même titre que les hommes adultes à la gestion de la famille. Les Chefs coutumiers et traditionnels se sont à la suite des délégués pays, succédé au présidium pour donner leur avis et/ou points de vue concernant la place des femmes et des jeunes par rapport au foncier en se basant sur les us et coutumes. Ils ont également préconisé les voies et moyens à travers un engagement écrit pour lever les facteurs bloquants afin d’avoir une société inclusive dans laquelle toutes les catégories de personnes (hommes, jeunes et femmes) puissent participer au développement dans la paix. Le troisième temps en termes de communications a été un moment fort et une occasion pour les femmes et les jeunes des délégations pays, de faire un plaidoyer à l’endroit des Chefs coutumiers, des Chefs traditionnels et autres autorités présentes pour une meilleure prise en compte de leurs besoins dans le cadre de l’accès et du contrôle du foncier. Ces différentes communications ont été approfondies par les travaux de groupe durant lesquels les 300 participants au forum ont fait des recommandations conformément à la thématique centrale. 

Le forum africain de la CLTE-AO a pris fin dans la localité du mandé bastion de la mythique charte du Kouloukanfoukan qui donne à la femme toute sa place dans la gouvernance de la cité avec la lecture de la déclaration issue du forum. 

Le paysan noir 

Sénégal