Appel à une journée d’action dans toute l’Inde et à l’échelle internationale les 4 et 5 avril : liberté pour les ouvriers de Maruti !

À tous les correspondants du Comité ouvrier international,

À toute la classe ouvrière et aux organisations démocratiques dans le monde,

Chers amis et camarades,

Nous vous transmettons les documents ci-joints, Salutations fraternelles.

Au nom du Comité ouvrier international (COI),

Nambiath VASUDEVAN,

Daniel GLUCKSTEIN.

--- 


30 mars 2017


Maruti-Suzuki

Appel à une journée d’action dans toute l’Inde et à l’échelle internationale les 4/5 avril: Liberté pour les ouvriers de Maruti.

Le 29 mars 2017

Camarades,

Vous êtes au courant de la répression exercée contre nous par l’alliance qui réunit la direction de l’entreprise, la police et le gouvernement. 13 membres de notre syndicat, le MSWU, ont été condamnés à perpétuité et 4 autres travailleurs à une peine de prison de 5 ans par le tribunal de Gurgaon ce 18 mars sans une ombre de preuve, uniquement sur les témoignages fabriqués par la direction.

Les responsables du MSWU ont été les cibles parce qu’ils ont été la direction de la lutte depuis 2011 contre le système illégal de « contrats » et pour les droits syndicaux et la dignité des travailleurs. Il s’agit d’une « attaque de classe » comme l’a reconnu le PDG de Maruti, R.C. Bhargava. Tous les travailleurs savent que ce verdict manifestement injuste vise à nous « donner une leçon » de la part de ceux qui détiennent le pouvoir: nous ne devrions pas, ni dans l’entreprise ni au-delà, lutter pour nos droits et notre dignité.

Mais contre cette répression, des milliers de travailleurs dans cette région industrielle, comme dans toute l’Inde et dans le monde entier, protestent. Le soir du verdict, le 18 mars, 30 000 travailleurs de Gurgaon- Manesar ont cessé le travail pour s’élever contre cette injustice. Le MSMS (Maruti Suzuki Nasdoor Sangh) – qui coordonne l’action des usines Maruti-Suzuki a appelé à une journée de protestation le 23 mars à Manesar, jour anniversaire de l’exécution de Bhagat Singh. En dépit de l’interdiction proclamée au nom de l’article 144, des milliers d’ouvriers de la ceinture industrielle du Haryana et du Rajastan se sont rassemblés venant de toutes les usines. Une lettre des travailleurs emprisonnés a été lue et un appel a été lancé pour intensifier la lutte pour leur libération. Il a aussi été décidé d’apporter un soutien financier aux familles des ouvriers emprisonnés.

Lors de ce rassemblement du 23 mars, nous avons appelé à l’organisation d’une journée de protestation nationale et internationale le 4 avril. La préparation a commencé dans différents lieux. Entre-temps, les centrales syndicales indiennes ont lancé un appel pour organiser une journée de solidarité avec les travailleurs de Maruti-Suzuki. Aussi, nous appelons tous les travailleurs et tous ceux qui les soutiennent à considérer les 4 et 5 avril 2017 comme l’occasion de proclamer leur protestation et d’affirmer leur solidarité par les moyens qu’ils jugent utilisables, à l’échelle de toute l’Inde et à l’échelle internationale.

Les travailleurs en lutte dans la ceinture industrielle de Gurgaon-Manesar-Bawal-Neemrana qui se situe dans les états de Haryana et du Rajastan prouvent par leur action qu’ils ne cesseront pas le combat pour leurs droits légitimes et qu’ils renforceront leur unité de classe contre l’assaut des capitalistes.

Nous sommes fortement encouragés par la magnifique expression de solidarité de la part des travailleurs avec la lutte pour la justice des ouvriers de Maruti et nous remercions tous ceux qui y ont participé. Dans les derniers jours, des centaines de milliers de travailleurs dans cette région industrielles et dans d’autres de l’Inde ont manifesté avec l’appui d’organisations démocratiques et de défense des droits de l’homme, et d’organisations étudiantes dans plus de 30 villes du pays. Des délégations, des rassemblements, des prises de position de solidarité ont eu lieu dans plus de 21 pays.

Il s’agit d’une longue bataille et seul le renforcement du mouvement et l’élargissement de la solidarité peuvent permettre à la lutte d’aller plus loin.

Maruti Suzuki Workers Union (MSWU)


Inde

Les centrales syndicales lancent un appel pour une action de solidarité dans tout le pays en soutien aux travailleurs de Maruti en butte à la répression

Les centrales syndicales expriment leur profonde crainte et leur vive angoisse devant la condamnation à la prison à vie de 13 travailleurs et à 5 ans d’emprisonnement de quatre autres travailleurs de Maruti Suzuki suite aux actes de violence suscités par la direction de l’usine Maruti à Manesar en 2012. Lors de ce même jugement 117 travailleurs furent acquittés car reconnus non coupables et 14 travailleurs libérés, leur peine de prison étant déjà couverte par le temps durant lequel ils avaient été détenus en préventive.

La responsabilité des actes de violence qui ont eu lieu en 2012 durant lesquels un cadre de l’usine fut tué incombe incombe aux hommes de main engagés par la direction de Maruti Suzuki, pour créer un climat permettant de détruire les syndicats. Bien qu’ils n’aient été en aucune manière responsable des incidents, les travailleurs ont été reconnus coupables sur la base de « témoignages » fabriqués par les autorités gouvernementales de l’Etat, la police et les employeurs qui ont, de façon éhontée, commis un abus de pouvoir. Plus de 546 travailleurs permanents et 2 000 intérimaires furent chassés de leur emploi et 146 jetés en prison où ils sont passé jusqu’à plus de quatre ans et demi.

Pourtant, l’objectif détestable liguant capitalistes et autorités de l’Etat de l’Haryana visant à écraser le mouvement syndical dans la zone industrielle de Gurgaon n’a pas pu être totalement mené à terme. Cent mille travailleurs de la zone ont boycotté les cantines le 16 mars exprimant une protestation spontanée. Le 18 mars, lors du passage à l’équipe de nuit, les travailleurs de Maruti et de ses succursales sous-traitantes se sont mis en grève totale pendant une heure. Les syndicats ouvriers de la zone industrielle de Gurgaon ont organisé une manifestation massive le 23 mars en solidarité avec les travailleurs réprimés et ils ont soutenu leur décision de faire appel.

Les centrales syndicales dénoncent l’ignoble jeu mené par les autorités ainsi que par les patrons avec la même énergie avec laquelle elles ont dénoncé les violences de 2012 et félicitent les travailleurs pour leur réaction immédiate dans l’unité. Les centrales syndicales affirment que le mouvement syndical ne saurait être intimidé par les actes méprisables de l’alliance gouvernement – employeurs.

Les centrales syndicales expriment leur solidarité avec le combat mené par les travailleurs de Maruti ainsi qu’avec l’initiative des travailleurs de l’industrie en soutien aux travailleurs de Maruti sous l’égide de l’union des syndicats de la région de Gurgaon. Les centrales syndicales appellent tous les syndicats quelle que soit leur affiliation ainsi que tous les travailleurs à œuvrer en solidarité avec le combat des travailleurs de Maruti pour la justice, y compris sur le terrain légal. Les centrales syndicales appellent tous les syndicats du pays, quel que soit leur affiliation à organiser des manifestations sur leur lieu de travail ou dans les centres industriels le 5 Avril 2017 pour affirmer leur solidarité avec les travailleurs de Maruti qui combattent pour la justice et les droits syndicaux, pour exiger la libération inconditionnelle des travailleurs de Maruti ainsi que la réintégration des travailleurs persécutés.

INTUC AITUC HMS CITU AIUTUC TUCC SEWA AICCTU UTUC LPF

%d blogueurs aiment cette page :