Aux jeunes et aux travailleurs chinois, à nos frères et sœurs chinois

Militants ouvriers et partisans des libertés démocratiques, nous adressons notre salut fraternel aux travailleurs et aux jeunes chinois

Nous saluons les dizaines ou centaines de milliers de jeunes et de travailleurs qui défilent dans les manifestations de Hong Kong depuis quatre mois, les centaines de milliers de travailleurs qui ont fait grève le 5 août et les 2 et 3 septembre et qui ont imposé à Carrie Lam le retrait du projet de loi sur l’extradition.

Nous condamnons la violente répression policière, l’emprisonnement des manifestants et l’application d’une loi d’urgence assurant aux autorités des pouvoirs illimités contre les libertés démocratiques, Cette loi d’urgence date de 1922 quand le régime colonial britannique a voulu briser la grève des marins.

Ainsi les autorités de Hong-Kong et derrière elles le gouvernement de Pékin usent contre les travailleurs et la jeunesse des lois des puissances coloniales qui pillaient la Chine. Qu’ils prennent garde ! En 1922, la grève générale fut victorieuse et a préparé les grandes grèves de Shanghai et de Canton-Hong Kong de 1925. 

Nous faisons nôtre la déclaration du 7 août dernier de 19 associations et organisations de Hong Kong, dont la confédération syndicale de Hong Kong, la HKCTU : « le harcèlement et la répression des groupes de défense des droits ouvriers à travers le pays se sont poursuivis. (…) Nous demandons au gouvernement chinois de libérer immédiatement et sans conditions les militants des droits ouvriers et les membres des services communautaires arrêtés. (…)»

Nous saluons Meng Han, qui vient d’être libéré après une troisième arrestation, nous assurons de notre soutien Fu Changguo, Wu Guijun, Zhang Zhiru, Yuancheng He, Wei Zhili et tous les défenseurs des droits ouvriers arrêtés, tous les étudiants qui les ont soutenus, victimes de détentions arbitraires.

Frères et sœurs du continent et de Hong Kong,

Nous sommes fidèles à la tradition du mouvement ouvrier et démocratique pour lequel les libertés ne se divisent pas, fidèles à la devise « le droit des travailleurs à l’organisation indépendante ne connaît pas de frontières ». 

Dans notre pays, les travailleurs et leurs organisations se préparent à la grève pour défendre notre système de retraites menacé par le gouvernement.

Dans tous les pays, la résistance ouvrière est non seulement légitime, elle est indispensable pour résister à l’exploitation, pour défendre les droits collectifs.

Les travailleurs ont le droit de s’organiser comme bon leur semble.

Nous avons reçu des messages témoignant de votre combat. Nous poursuivrons les échanges entre nous. Nous nous en donnerons les moyens.

Nous ne baisserons pas les bras. Vive la solidarité internationale !

Cet appel a été lancé à Paris le 18 octobre 2019 à l’occasion du 22e dîner de solidarité avec les travailleurs chinois organisé par la Commission Enquête Chine, avec comme invité d’honneur Lee Cheuk-yan, secrétaire général de la confédération syndicale de Hong Kong HKCTU.