ALGÉRIE « Les travailleurs sont déterminés à reprendre l’UGTA »

Entretien accordé par Abdelkrim Messis, membre du comité national pour l’assainissement de l’UGTA, à Mimbar El Oummel (Tribune ouvrière)

Manifestation le 17 avril 2019 devant le siège de l’UGTA à Alger (Photo : Sami K.)

Quels sont les objectifs que vous assigniez a la journée de mobilisation a laquelle le comité a appelé le 12 juin ?

Abdelkrim Messis : La journée de mobilisation du 12 est dans la continuité de notre stratégie d’offensive pour en finir avec la direction illégitime qui prend en otage la centrale syndicale. Nous avons déjà fait des démonstrations de force en mobilisant fortement le 17 avril, le 1er mai et le 22 mai.

Les travailleurs sont déterminés à reprendre l’UGTA (Union générale des travailleurs algériens) et à la reconstruire sur des bases de représentativité et de combativité. Le comité national pour l’assainissement de l’UGTA rejette également le congrès illégal que projetait d’organiser le secrétaire national (SN) au mépris de la loi, des statuts et de

l’éthique. Nous comptons empêcher cette farce et aller vers l’organisation d’un vrai congrès de refondation consacrant les principes de transparence, de représentativité réelle et la défense des intérêts des travailleurs par leur syndicat l’UGTA.

Nous essayons de diversifier les actions dans la poursuite de nos objectifs, par exemple nous avons les preuves que le Secrétariat national gonfle les chiffres des adhérents prétendant qu’il y aurait trois millions de travailleurs, il y en a en réalité 800 000 parmi lesquels la fausse base du SN illégitime est représentée par la fédération des retraités. La direction actuelle est rejetée par les travailleurs et par les syndicalistes du comité. Nous disposons des preuves qui étayent clairement notre propos.

Quels sont les moyens que vous avez mis en place afin de réussir la mobilisation ?

A.M : Le comité national pour la récupération de l’UGTA a fait un appel à la mobilisation nationale, nous comptons sur les fédérations et les unions locales les mieux organisées et les plus combatives et qui sont mobilisés depuis des mois pour être le fer de lance de l’assainissement de la centrale syndicale.

Nous sommes très actifs dans plusieurs régions et dans de nombreux secteurs d’activité et nous élargissons notre implantation par l’action et la mobilisation constante pour le changement.

Le comité s’active depuis plusieurs mois, exactement depuis décembre 2018, et il est entré en jonction avec le mouvement populaire en défense des aspirations des travailleurs à la démocratie et à la justice sociale et de la défense du secteur public.

Y a-t-il des contacts entre le comité pour l’assainissement de l’UGTA et les syndicats autonomes et notamment le CSA ?

A.M : Naturellement nous entretenons des contacts avec le CSA et nous suivons leur action, nous convergeons sur la défense de la liberté d’organisation syndicale et la lutte pour un changement profond. 

(Propos recueillis par Amar Lounès pour le journal Minbar El Oummel (Tribune ouvrière), N°21 du 9 juin 2019)