BRÉSIL Contre la réforme des retraites

À Curitiba, l’appel de la Centrale unique des travailleurs (CUT) à former des comités de résistance contre la réforme des retraites a été pris au sérieux.

Le gouvernement d’extrême droite de Bolsonaro a rendu public son projet de contre-réforme de la « Previdência » (retraites et Sécurité sociale). À Curitiba (État du Paraná), des militants, représentant du Parti des travailleurs (PT), du Mouvement des paysans sans-terre (MST), de syndicats, dont un ancien député fédéral du PT, se sont réunis le 22 février et ont décidé – comme le raconte notre correspondant – de constituer un Comité contre la réforme de la Previdência.

Cette «assemblée plénière unitaire pour vaincre la réforme des retraites » a été convoquée à la suite de nombreuses initiatives ouvrant la perspective de la lutte de classe unie contre Bolsonaro (motion du cercle PT de Curitiba-Nord pour la grève générale, pétition de soutien à la grève des fonctionnaires municipaux de São Paulo, participation au comité pour la défense du Venezuela). Tous les participants étaient venus dans un état d’esprit tourné vers le combat. 

Deux jours avant notre réunion, à São Paulo, les confédérations syndicales, dont la Centrale unique des travailleurs (CUT), avaient réuni une « assemblée nationale de la classe ouvrière » au cours de laquelle, devant des milliers de militants dans la rue, le président de la CUT, Vagner Freitas, a déclaré : « Tout le monde est touché par cette réforme. C’est pourquoi, travailleurs, adressez-vous à vos syndicats, faites part de votre opinion, aidez à renforcer le combat. Nous ferons tout ce qui est nécessaire pour mettre un terme à la réforme, mais nous devons construire cela collectivement. Créez un comité de résistance dans votre quartier, dans les écoles, les associations, partout où c’est nécessaire. Contactez le syndicat et nous allons construire ensemble la lutte ! »        

Cet appel a été pris au sérieux par les participants de la réunion de Curitiba. D’autant qu’un camarade a fait la démonstration que le projet de réforme de Bolsonaro signifie ni plus ni moins que la destruction des retraites, au seul bénéfice des marchés financiers. De toutes les interventions ressortait une aspiration à l’unité, condition pour vaincre le gouvernement Bolsonaro et son projet de réforme. D’où la constitution d’un « Comité contre la réforme de la Previdência » regroupant toutes les organisations syndicales, populaires et politiques désireuses de mettre en échec la proposition du gouvernement. Un camarade du MST a proposé une assemblée mensuelle du comité, la prochaine aura lieu le 12 mars. La grève des métallurgistes à São Paulo, organisant des assemblées ouvrières devant l’usine, a amené les participants à réfléchir à comment généraliser cette forme de mobilisation dans d’autres secteurs professionnels. 

Dès la fin de la réunion, une diffusion de tracts massive a été organisée à la gare routière de Guadalupe, ce qui a permis de mesurer, dans les discussions avec les travailleurs, le rejet de la contre-réforme dès lors que l’on en explique clairement les conséquences. 

La construction d’une puissante grève générale suppose de généraliser la constitution de tels comités regroupant les organisations syndicales, politiques et populaires, sans y négliger la place que doivent y occuper les jeunes, car c’est leur avenir qui est en jeu. C’est pour aller dans le sens de cette généralisation que les participants ont informé le comité d’État du Paraná du PT de cette initiative. 

Correspondant