COVID 19 : Enquête ouvrière internationale

Le 2 octobre 2020, le Comité ouvrier international contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière, a proposé l’organisation d’une enquête ouvrière internationale concernant les conséquences pour les travailleurs de la pandémie de Covid-19. Cela en relation avec la politique des gouvernements et les positions du mouvement ouvrier dans chaque pays.
  
Un questionnaire en 8 points a été élaboré. Il est disponible en cliquant ici.
  
Cette enquête contribuera à la préparation de la seconde conférence internationale contre la guerre et l’exploitation, pour l’Internationale ouvrière qui se tiendra en 2021.
  
Nous publions ici les premières réponses à cette enquête.

MEXIQUE Secondées par la pression internationale des Etats-Unis, les entreprises ont systémati­quement violé les décrets de fermeture des activités non essentielles

2021-01-18

Rapport n° 7 – MEXIQUE Auteurs : Liliana Plumeda et Juan Carlos Vargas,Membres de l’Organisation politique du Peuple et des Travailleurs – Date : 28 décembre 2020 1/ Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire pour la population – surtout pour la classe ouvrière ? Quel est l’impact de la covid sur l’emploi ? Combien d’em­plois ont été́ perdus ? Selon les données de l’Institut mexicain de sécurité sociale, la perte cumulée d’em­plois formels de mars à fin novembre s’élève à 1 113 677, mais ce nombre est inférieur à la réalité, car il n’enregistre que les emplois formels du secteur privé. Il ne tient pas compte des travailleurs qui travaillent illéga­lement et ne sont pas inscrits à la sécurité sociale, ni des travailleurs du secteur dit informel qui représentent 60 % de la popula­tion active selon l’INEGI (Institut national de statistique, de géographie et [...]

ALLEMAGNE Avec le « plan de sauvetage » de 1 300 milliards d’euros, les bases ont été mises en place pour que les banques et les capitalistes organisent des centaines de milliers de licenciements

2020-12-21

Avec la décision quasi unanime du 25 mars, où tous les groupes parlementaires du Bundestag ont accepté le « plan de sauvetage » qui s'élevait à l'époque à 1 300 milliards d'euros environ, les bases étaient en place pour que les banques et les capitalistes organisent des centaines de milliers de licenciements – sous le contrôle des banques et de la spéculation, des hedge funds, etc. qui accordent les prêts, mais surtout sont aux manœuvres pour décider si ces prêts seront accordés ou non. 

Et ceci à nos dépens, travailleurs qui avons été contraints par millions au chômage partiel (6,7 millions de travailleurs en chômage partiel en mai, qui ne perçoivent que 60 à 67 % de leur dernier salaire net), au même titre que les précaires, les intérimaires, les travailleurs à temps partiel, qui par centaines de milliers ont été réduits au chômage. Il y a effectivement 6,3 millions de chômeurs en octobre. Le nombre de chômeurs officiels s'élevait en octobre 2020 à 2,76 millions, 556 000 de plus qu'en octobre 2019, auxquels s'ajoutent 3 552 millions de travailleurs en « sous-emploi » (selon la définition de l'OIT), 420 000 de plus qu'en 10/2019. Une nouvelle forte augmentation est attendue pour les mois d'hiver. Les budgets des Länder, et plus encore les budgets municipaux, ont été organisés de façon à prévoir des « restrictions des services municipaux » – avec des conséquences incalculables pour les services publics et le prétendu État-providence. 

[...]

BÉNIN Les activités sont au ralenti, surtout parmi ceux qui travaillent dans l’informel Les travailleurs se débrouillent pour se protéger du mal ambiant

2020-12-20

Au Bénin, la classe ouvrière subit de plein fouet la crise liée à la pandémie de la COVID-19.

Depuis mars 2020, les activités sont au ralenti dans beaucoup de secteurs, surtout ceux qui travaillent dans l’informel. Les travailleurs se débrouillent pour se protéger du mal ambiant. Les mesures d’accompagnement adoptées par le pouvoir ont surtout ciblé une partie des petites et moyennes entreprises.

Les travailleurs du secteur public n’ont pas du tout été impactés par les mesures sociales. Et pourtant le prix du transport et des denrées de première nécessité a été revu à la hausse.

Sur l’emploi, le secteur privé et le secteur informel ont connu des effets néfastes de la COVID. Certaines agences des banques ont été suspendues pendant 3 à 4 mois ou fermées définitivement. Beaucoup de petites entreprises dans le transport, la restauration ont mis leurs employés au chômage. Nous ne disposons malheureusement pas de données chiffrées pour l’illustrer.

[...]

INDONÉSIE 67% des travailleurs ont été obligés de travailler. Cependant, 25% d’entre eux n’ont reçu de leur usine aucun équipement de protection tel que du désinfectant ni la possibilité de se laver les mains. »

2020-12-12

Durant l’épidémie de Covid 19, le gouvernement indonésien a pris des décisions politiques qui vont à l’encontre des droits ouvriers. 

Vers la mi-mars, le Ministre du Travail a publié une lettre circulaire qui permet de réduire les salaires et de mettre les travailleurs au chômage partiel. Beaucoup de travailleurs en contrat à durée déterminée se sont retrouvés dans des situations encore pires. Ils ont été licenciés sans indemnité. De plus, si on se réfère à une enquête que nous avons menée entre fin mars et début d’avril, 67% des travailleurs étaient quand même obligés de se rendre au travail. Cependant, 25% d’entre eux n’ont reçu de leur usine aucun équipement de protection tel que du désinfectant ni la possibilité de se laver les mains. 

Selon les déclarations du Ministère du Travail plus de 3,5 millions de travailleurs ont été licenciés pendant l’épidémie, alors que le KADIN (la Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Indonésie) déclarait que leur nombre s’élevait à 6,4 millions. 

[...]

AUSTRALIE Australia Asia Worker Links « Des milliers et des milliers de travailleurs ont été forcés d’avoir recours aux organisations humanitaires pour pouvoir survivre »

2020-12-05

1/ Quelles sont les conséquences de la crise sanitaire pour la population – surtout pour la classe ouvrière ? Quel est l’impact du COVID sur l’emploi ? Combien d’emplois ont été perdus ?

Comme l’Australie est une ile, elle a pu fermer totalement ses frontières avant que le virus ne s’installe dans le pays. Dès fin octobre, on recensait presque 28 000 cas de Covid-19 en Australie avec un tout peu plus de 900 morts. C’est l’état de Victoria qui a été le plus touché avec plus de 20 000 cas recensés et environ 850 morts. La majorité des décès est survenue chez les personnes de plus de 60 ans. C’est le secteur de la gériatrie, frappé par les réductions budgétaires et le travail précaire, qui a subi les atteintes les plus graves et les travailleurs des secteurs de l’hôtellerie et de la santé.

[...]

CANADA : « 107 milliards de dollars pour les banques et les patrons, votés à l’unanimité par le Parlement »

2020-10-25

Quels sont les effets de la pandémie ?
 
On dénombre 9 636 morts du Covid-19. Mi-juin, les travailleurs de la santé infectés représentaient 25 % des cas déclarés depuis le début de la pandémie. Les personnels hospitaliers se plaignent notamment du manque de masques et autres matériels de protection.
 
Au Canada, État fédéral, le secteur de la santé dépend des gouvernements provinciaux, qui se limitent à imposer des mesures telles que le port du masque et le respect de la distanciation physique. Aucun gouvernement provincial n’a mis en place un plan de dépistage systématique, d’aménagement de sites d’accueil des personnes contaminées, de recrutement massif de médecins et d’infirmiers. [...]

PAKISTAN : All-Pakistan Trade Union Federation (APTUF) – Attaques brutales des capitalistes et du gouvernement pro-capitaliste contre la classe ouvrière

2020-10-05

Le parti dirigeant, le PTI (Mouvement du Pakistan pour la Justice) a pris le pouvoir avec ses alliés proches, les forces armées du Pakistan et aussi certains groupes extrémistes. Avec l’aide de l’armée pakistanaise il a pu gagner les élections, truquer les votes, emprisonner tous les opposants qu’ils appartiennent au PML-N (Ligue Musulmane du Pakistan) ou au PPP (Parti du Peuple Pakistanais).
 
L’agence gouvernementale NAB (National Accountability Bureau ) s’est mise au travail avec diligence en arrêtant des personnages politiques, en les mettant en prison sous sa propre surveillance, les jugements ont commencé mais ne se termineront pas tant que les politiciens n’auront pas accepté qu’il n’existe aucune preuve de culpabilité ni de raison de les emprisonner sous l’autorité de l’agence NAB.
 
Le Pakistan est au cœur d’une tempête politique après que la majorité des grands partis d’opposition ont exigé que les puissants généraux du pays renoncent à leur pouvoir hégémonique sur la politique et retirent leur soutien au gouvernement du premier ministre Imran Khan, que l’opposition a juré de renverser grâce à l’agitation dans la rue.
 
Le nouveau mouvement PDM (Mouvement Démocratique du Pakistan) a annoncé qu’il lancerait une campagne nationale de protestation le 11 octobre, reportée maintenant au 18 octobre. [...]