EUROPE Déclaration commune des rédactions de Ergatika Nea (Grèce), Tribuna libera (Italie), Freie Plattform für Arbeiterpolitik (Allemagne) , La Tribune des travailleurs (France) et Bulletin Unité-Eenheid (Belgique) Des milliers de réfugiés en danger de mort : ouverture des frontières dans toute l’Europe pour les victimes des guerres impérialistes !

A la frontière greco-turque

Les informations et les images en provenance de la frontière turco-grecque et des îles grecques de la mer Egée indignent des millions de travailleurs en Europe et dans le monde. L’Union européenne et tous les gouvernements applaudissent le gouvernement grec qui, avec l’aide des gardes-frontières européens de FRONTEX laisse la police grecque tirer sur les réfugiés. Les fascistes et les gardes-frontières repoussent impunément les embarcations de fortune de ces réfugiés vers les eaux turques et les empêchent d’accoster sur les îles. Publiquement, et devant les caméras, ils mettent en danger volontairement des vies humaines. A nouveau, la Méditerranée risque de devenir un immense cimetière. Ces dizaines de milliers de réfugiés fuient les guerres et les interventions militaires auxquelles les gouvernements européens, notamment ceux de nos pays, participent ou apportent leur soutien au Moyen Orient, en Afghanistan, en Syrie, Libye, Irak, en Afrique… D’autres fuient la misère créée par le pillage impérialiste des richesses de leurs pays. 

L’EU, applaudie par tous les gouvernements, a négocié en 2016 avec Erdogan pour que celui-ci entasse les réfugiés dans des camps dans des conditions indignes et les retienne en Turquie. Aujourd’hui, Erdogan chasse vers des frontières européennes fermées des milliers de réfugiés qui pour certains vivaient depuis des années à Istanbul, et vient d’ordonner le 7 mars d’interdire les départs en bateaux. Il veut renégocier avec l’UE le prix à payer pour la prise en otages des réfugiés. L’Union Européenne, en collaboration avec Erdogan, livre ainsi ces milliers de familles à la répression, au froid, à la faim, à la précarité et les expose à la mort. 

Voilà le vrai visage barbare de cette UE tant vantée comme une zone de paix et de démocratie !! 

Ils ont mille fois raison, ces milliers de travailleurs grecs qui ont manifesté le 5 mars à Athènes aux cris de « Ouverture des frontières dans toute l’Europe ! », « Non à la forteresse Europe » ,« Paix aux Peuples, guerre aux fascistes ! » 

Ils ont mille fois raison, ces milliers de travailleurs et jeunes d’Allemagne qui manifestent dans toute l’Allemagne pour l’ouverture des frontières. 

Les rédactions de nos journaux déclarent : 

CES RÉFUGIÉS SONT NOS FRÈRES ! SOLIDARITÉ INTERNATIONALE DES TRAVAILLEURS D’EUROPE ! 

LES PEUPLES D’EUROPE SONT LES FRÈRES DES PEUPLES DU MOYEN ORIENT ! 

IL FAUT OUVRIR IMMÉDIATEMENT LES FRONTIÈRES, LIBÉRER LES RÉFUGIÉS RETENUS DANS LES CAMPS DE TURQUIE ET ACCORDER UN ASILE DIGNE À CES FAMILLES DE RÉFUGIÉS VICTIMES DES EXACTIONS IMPÉRIALISTES ! 

IL FAUT COMBATTRE LES PILLAGES IMPÉRIALISTES DANS LE MONDE ENTIER, QUI SÈMENT LA MISÈRE, LA MORT ET L’EXODE ! 

RETRAIT DE TOUTES LES TROUPES DES ÉTATS DE L’UE QUI INTERVIENNENT AUX CÔTÉS DE L’IMPÉRIALISME US AU MOYEN ORIENT ET SUR LE CONTINENT AFRICAIN ! 

Cette question sera au centre de la rencontre ouvrière européenne du 2 mai à Liège, initiée par des travailleurs belges, contre la guerre, l’exploitation, la précarité : Ne nous laissons pas diviser, les travailleurs d’Europe sont des frères de classe, leur seul adversaire est l’impérialisme

Nous soutenons cette rencontre et appelons les travailleurs de tous les pays à y envoyer leurs délégations. 

Le 8 mars 2020