“必须让中国工人按自己的意愿组织起” Vive la classe ouvrière chinoise ! Le droit à l’organisation indépendante ne connaît pas de frontière. Vive la solidarité internationale des travailleurs du monde entier !

Une grève à Shangaï en 2011.

Nous, travailleurs du monde entier, déclarons :

Les travailleurs du monde entier n’ont d’autres moyens pour défendre leurs intérêts contre l’exploitation que de s’organiser collectivement. Comme dans tous les pays, les travailleurs chinois se sont engagés dans de multiples grèves pour faire valoir leurs droits et revendications.

A de nombreuses reprises, ils ont cherché à constituer leurs syndicats et à désigner leurs propres repré- sentants, à organiser par eux-mêmes leurs actions. En témoignent l’action nationale des grutiers le 1er mai 2018 à l’occasion de la journée internationale des travailleurs, la demande des ouvriers de l’usine Jasic à Shenzhen de constituer leur syndicat conformément aux lois de la République populaire de Chine, ce qui leur a été refusé.

Nous, travailleurs du monde entier, affirmons :

Nous ne pouvons-nous désintéresser du sort de 400 millions de travailleurs chinois.

Nous savons que les portes de la Chine ont été ouvertes aux multinationales américaines, japonaises, européennes, et nous connaissons bien leurs méthodes d’exploitation et leurs actions antisyndicales.

Dans nos pays respectifs, nous sommes confrontés à des vagues de répression contre les organisations syndicales, qui se combinent aux tentatives de les intégrer aux plans patronaux ou gouvernementaux, quand ce n’est pas à l’État lui-même.

Nous, travailleurs du monde entier, sommes aux côtés de nos frères chinois

Nous sommes aux côtés des travailleurs chinois victimes de la répression, d’arrestations et de condam- nations pour le seul crime de former des syndicats et de choisir librement leurs propres représentants.

Nous sommes aux côtés des étudiants de Beijing, Shanghai et Guangzhou victimes de rafles dans les universités pour avoir manifesté leur solidarité aux ouvriers arrêtés, renouant ainsi avec les meilleures traditions de lutte du peuple chinois pour son émancipation nationale et sociale

Les arrestations et persécutions des délégués ouvriers et des étudiants doivent cesser, les inculpations doivent être annulées. Tous les ouvriers et étudiants encore détenus doivent être libérés et les poursuites abandonnées.

« L’Internationale sera le genre humain » proclame le chant de lutte des travailleurs

Nous dénonçons les discours hypocrites et/ou menaçants contre la Chine de la part de tous nos gouvernements aux ordres des exploiteurs, des multinationales et des spéculateurs, qui ne visent qu’à per- mettre d’exploiter encore davantage les ouvriers chinois

Nous nous déclarons prêts à organiser sous toutes les formes possibles le dialogue et des rencontres avec nos frères et sœurs chinois.

Nous, jeunes, travailleurs, militants ouvriers du monde entier sommes leurs alliés.

Les travailleurs chinois en lutte contre l’exploitation et l’oppression sont nos frères et sœurs. Ils doivent avoir le droit de constituer leurs organisations comme bon leur semble car pour les travailleurs du monde entier, le droit à l’organisation indépendante ne connaît pas de frontière.


Vive la classe ouvrière chinoise !

必须让中国工人按自己的意愿组织起

« Il faut laisser les travailleurs chinois s’organiser comme ils le veulent. »


Please support and endorse the attached call to solidarity with the Chinese workers! The Chinese authorities, who have been multiplying the number of agreements made with U.S., Japanese and
European multinationals, have dared to accuse striking workers – those who are creating their own trade unions – of being “foreign agents”.By collectively endorsing this appeal, groups of workers in companies have begun to give a response on the ground of international worker solidarity. In Bangladesh, in the Chittagong company; in Benin, at the Ministry of Health and in schools; in Burundi,among the dockers; in Korea in automobile factories; in France at Enedis, in Thionville, at Arcelor Mittal, at the Hospital Centre of Nemours, in the City of Paris, among teachers in Strasbourg and the Seine-Saint-Denis, at EDF in Yonne; in Italy among teachers and automobile workers; in Morocco, in primary and secondary schools, in research units and among the motorway workers and in Mecomar; in Togo; and in Turkey among casual workers… 